La Réforme du lycée professionnel ou un chef d'oeuvre d'improvisation

Publié le par CGT Educ'action des Yvelines

La Réforme du lycée professionnel ou un chef d'oeuvre d'improvisation

         Comment M. Blanquer peut protester d'une volonté d'excellence de l'enseignement professionnel quand on voit la mise en œuvre de sa Réforme?

Après une signature en catimini  pendant les vacance de Noël du décret d'application de cette réforme décriée par la plupart des syndicats (un chef d’œuvre, ce coup de canif au paritarisme?), le ministère "élabore" en moins de 3 mois (au BO le 10 mars ici) les programmes de matière générale en Seconde professionnelle et de CAP. Des chefs d’œuvre?

        Non, loin de là! ce n'est qu'un condensé des précédents programmes (l'Excellence est donc un résumé) avec, par exemple, l'obligation faite à ceux qui se sont opposés à la Réforme de vendre le concept de chef d’œuvre ("une cathédrale intérieure" dixit le programme...) à leurs élèves. En effet, un des trois thèmes obligatoires d'Histoire de Seconde est " Métiers, compagnons, compagnonnage et chef-d’œuvre au XIXe siècle". Un chef d’œuvre d'hypocrisie, oui !

        Et alors que l'encre des programmes de Seconde issus de la Réforme du lycée professionnel est à peine sèche, les IPR (nos inspecteurs-rices) font le tour des établissements pour mettre en place la Réforme. Souvent par 3, ils/elles essaient "d'impulser" sans enthousiasme les nouveautés comme la co-intervention ou le "chef d’œuvre" alors qu'ils n'en connaissent pas eux-même les modalités concrètes (un chef d’œuvre d'improvisation...).
        L'organisation de ces réunions plus ou moins imposées ne varie pas avec un petit exposé oral suivi de la constitution de groupe de travail qui élabore par exemple une séance en co-intervention avec désignation d'un-e "rapporteur-rice" pour exposer les résultats du groupe. A part vendre la "Réforme", ces réunions n'ont aucun intérêt car on ne connait pas encore les collègues avec lesquels nous travaillerons l'année prochaine.
 
Comment réagir à cette mascarade?
Des réunions similaires se sont déjà déroulées. Des collègues ont marqués leur opposition à la Réforme avec la lecture d'un texte avant de sortir de la salle ou encore par la résistance passive (ne rien dire, ne rien faire). L'imagination et le bon sens sont nos seules limites.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article