1er degré : documents de rentrée

Publié le par CGT Educ'action des Yvelines

1er degré : documents de rentrée

Cher·es collègues et camarades, nous espérons qu'après ces trois premières semaines vous avez réussi à (re)trouver vos marques dans vos classes.

Pour vous accompagner dans cette période de rentrée qui n'augure rien de bon pour l'Éducation nationale, nous mettons à votre disposition plusieurs publications. N'hésitez pas à les diffuser autour de vous, par affichage en salle des maîtres et/ou transfert électronique !

Le Petit Cahier n°51 - septembre 2018

Un seul objectif pour cette année : renforcer la CGT Éduc'action face au gouvernement !

En cette rentrée, il est de tradition de vous souhaiter une très bonne année scolaire et que tous vos projets se réalisent sans accroc. On serait aussi tenté de vous souhaiter bon courage pour affronter cette École largement remaniée par les ministres successifs et particulièrement par l’actuel.

Nous ne ferons pas la liste complète des contre-réformes engagées depuis quinze ans qui détériorent vos conditions de travail et les conditions d’étude des élèves, mais il est bon, quand même, de parler de celles que vous aurez à « avaler » cette année. Le ministre Blanquer, chantre de la bienveillance et de l’écoute, nous impose donc des pédagogies sur la lecture et les mathématiques qui ne sont adoubées que par lui-même (ou presque), des modifications de programmes moins de six semaines avant la rentrée, des temps de formation ultra-centrés et fléchés… Le tout avec l’idée qu’il est celui qui éclaire l’Éducation nationale. Cette politique hautaine est à l’unisson de celle menée par ses patrons, le président de la République et le Premier ministre. Nous sommes dans le « nous on sait, vous n’avez qu’à nous écouter et exécuter ». Et bien sûr, rien n’est négociable puisque vous n’êtes que des « ignorant·es »…

La CGT Éduc'action dénonce depuis des mois cette façon de faire, mais aussi le contenu idéologique que Blanquer nous oppose. Nous avons une vraie divergence sur les objectifs que doit porter l’École et sur les méthodes à mettre en place pour y parvenir. Il nous impose une lutte des classes au sein même de l’Éducation et de l’enseignement, piliers majeurs de notre société.

Cette année scolaire 2018-2019 sera marquée par les élections professionnelles. Elles seront l’occasion de porter notre projet d’École et de le confronter au gouvernement, mais aussi aux autres syndicats. Allons le défendre auprès de nos collègues et montrons leur qu’il n’a rien d’utopique ou de déconnecté des réalités. C’est ensemble que nous construisons le rapport de force pour faire reculer le gouvernement sur sa politique éducative. Partout, militons, syndiquons et votons pour la CGT Éduc'action.

Bonne année !

 

SOMMAIRE

- Edito

- Déconstruire les compétences

- "Agir pour l'école" (attention, le lien mentionné dans l'article ne fonctionne pas, retrouvez son contenu ici)

- Laïcité

- Nouveaux programmes

- Nos droits

 

Retrouvez le Petit Cahier en téléchargement PDF pour le diffuser auprès de vos collègues et l'afficher dans vos établissements en cliquant sur le lien ci-dessous.

Le Petit Cahier n°51

PPCR : l'heure du bilan

Rappelons d’abord que ce protocole n’a pas été signé par la CGT. Bien souvent, les organisations syndicales signataires ne mettent en avant qu’une application positive. Pourtant ce protocole est loin d’être une avancée… ​​​

A la rentrée dernière, l’ensemble des collègues a été reclassé par les administrations départementales dans les nouvelles grilles d’échelon. C’était donc le départ d’une nouvelle évolution de carrière. A ce reclassement technique s’ajoutait une nouvelle pratique d’évaluation et de promotion qui devait permettre un avancement plus régulier des personnels. 
Nous avons travaillé pour informer les personnels de leurs droits et pour leur expliquer les différents types de reclassements. Il a fallu également rappeler que ce reclassement n’entrainait pas automatiquement un gain de salaire puisque, dans le même temps, le point d’indice n’était pas réévalué et qu’il n’y avait aucun gain d’échelon dans ce reclassement. 

En un an, l’application du protocole PPCR n’aura pas permis aux collègues de gagner davantage ni de rattraper la perte de pouvoir d’achat subi depuis 2000. Le rêve qui a été vendu s’est évanoui face à la dure réalité de la politique gouvernementale d’austérité à l’encontre des fonctionnaires. 
Si nous avons constaté que, de façon générale, les collègues de la Classe Normale ont, et pourront, avoir une carrière qui se construit de façon plus linéaire avec un avancement qui se désolidarise petit à petit des inspections-évaluations, il reste de nombreux points noirs. Il y aura toujours des étapes de passage avec obstacles aux 6ème-8ème échelons et au passage à la Hors Classe. Les rendez-vous carrière auront toujours l’objectif d’accélérer les carrières de certain·es au détriment d’autres sur des critères encore obscurs. Avec les premières commissions paritaires d’accès à la Hors Classe, on s’est également rendu compte que, pour de très nombreux·ses collègues promouvables ces deux dernières années, l’instauration du dispositif et du système d’appréciation des DASEN allaient les desservir face aux nouvelles·eaux promouvables de cette année. Pour la majeure partie d’entre eux·elles, ils·elles se sont retrouvé·es loin dans le classement des promouvables, et perdent de très nombreuses années pour accéder à la HC.

Enfin, que dire de la Classe exceptionnelle et de sa constitution. Nous ne reviendrons pas sur son caractère profondément injuste qui récompense « le mérite » jugé par la seule administration. Ce grade à accès fonctionnel est le symbole d’une Fonction publique explosée, débarrassée de toute règle commune garantissant la neutralité dans ses missions et fonctions. De plus, les commissions paritaires ayant procédé à la création de ce nouveau grade et à la promotion des collègues ont été le plus souvent constituées dans des conditions plus que louches, relayant le paritarisme à un simple objet facultatif. Le résultat en a été parfois hallucinant avec moins de candidatures de collègues que de promu·es possibles…

En définitive, la situation après un an de mise en place n’est pas très éloignée de celle annoncée par la CGT Éduc'action. Nous vous invitons à relire nos publications à ce sujet et à comparer. Nous ne voulions pas être des oiseaux de mauvaise augure, mais bien des lanceur·euses d’alerte. Aujourd’hui, à la différence d’autres organisations qui ont soutenues ce projet, nous ne cherchons pas à défendre la moindre petite partie du PPCR. Pour nous, tout est à jeter et nous le redisons à tou·tes les collègues.

Retrouvez l'article original ICI, sur le site de la CGT Éduc'action.

Évaluations nationales : c'est reparti !

Evaluations nationales CP-CE1 : An II...

Retrouvez le communiqué de la CGT Éduc’action ICI

La CGT Éduc'action continuera de soutenir les personnels engagés dans la bataille idéologique autour de l’École et appelle les personnels à se réunir dès maintenant pour discuter de ces évaluations et décider collectivement de leur utilisation.

Publié dans 1er degré

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article